Histoire de la réflexologie

Les réflexologies plantaire et palmaire se pratiquent depuis plus de 5000 ans et on retrouve des traces dans de nombreuses civilisations. De ce fait, elles restent très difficile à dater.

On retrouve des traces de la réflexologie chez les incas, les mayas, les indous, les chinois et les égyptiens.

On a retrouvé, datant de 2330 avant JC dans une tombe d'un médecin à Saqqara en Egypte, une fresque murale qui illustre la pratique de la réflexologie par deux personnes, l'une travaillant sur les pieds et l'autre sur les mains.
Réflexologie chez les Pharaons
La réflexologie telle  que nous la connaissons aujourd'hui a été développée au début du XX  siècle par le docteur Fitzgerald avec la thérapie des zones puis par la Physiothérapeute Américaine Eugénie Ingham. Elle a mis au point la cartographie que nous connaissons aujourd'hui.

Principe de la réflexologie

Il existe dans le pied, la main, le visage une cartographie miniaturisée du corps humain.
La réflexologie permet, en utilisant une technique manuelle, d'agir sur un organe, une glande ou une partie du corps en stimulant avec les doigts (pressions et de reptation) ou de petits instruments des zones ou points réflexes correspondant sur le pied, la main ou le visage.
Lorsque ces zones sont stimulées, elles envoient via le système nerveux cérébro-spinal et végétatif, une information dans le cortex cérébral où est représentée la zone que l'on veut réguler. Une série de phénomènes chimiques et électriques se déclenche afin de véhiculer une information homéostatique vers la zone considérée.

Cette pratique douce encourage notre corps à s'auto-réguler, à réagir au danger. Elle est conseillée comme méthode préventive de santé et de bien-être.
La réflexologie permet la prise en compte de l'individu dans sa globalité plutôt que ses seuls symptômes. On peut donc parler d'approche holistique avec la réflexologie.